Présentation du Débat 1.

Impacts des évolutions institutionnelles

Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche (universités, établissements publics) ont connu ces dernières années une accélération des « réformes » qui impliquent une sérieuse transformation des conditions d’exercice des métiers d’enseignant-chercheur et de chercheur. Elles se répercutent sur la formation des étudiants, le recrutement et les conditions d’emploi. Le travail préparatoire de ces Assises est l’occasion d’y réfléchir pour tenter d’en prendre toute la mesure en ce qui concerne l’ethnologie et l’anthropologie. On se penchera en particulier sur :

-  Les effets du passage aux masters et les nouvelles conditions d’existence des écoles doctorales. Quelle est la place de l’anthropologie dans les dispositifs actuels ? Comment assurer une bonne formation dans cette filière et organiser les échanges au sein des universités européennes ?

- Les modalités de recrutement des (jeunes) chercheurs et des enseignants-chercheurs. Si les situations diffèrent dans les universités et dans les EPST, on observe la diminution du nombre de postes pérennes au profit de postes contractuels (post-doc, ATER, liés à des appels d’offre tels ceux de l’ANR, etc.) ou de situations précaires. A quelles conditions la recherche et l’enseignement de l’anthropologie sont-ils compatibles avec la temporalité des projets contractuels ?

- Le financement de la recherche. De nouvelles conditions sont liées, entre autres, à la diminution des budgets publics et à l’importance croissante des appels d’offre, avec la création de structures nouvelles et particulières telles que l’ANR. On s’interrogera sur l’impact de ces nouvelles modalités sur la construction et le déroulement des programmes de recherche, sur les pratiques de terrain et sur la circulation des savoirs. Comment mieux organiser le travail ente enseignants / chercheurs et administrateurs de projets ?

- L’évaluation de la recherche. La mise en concurrence des dispositifs universitaires et de recherche, au niveau mondial, opère au moyen d’une standardisation des critères d’évaluation (classement des revues, bibliométrie, comptage des citations, etc.) et d’un classement des pôles universitaires et de recherche. On s’interrogera sur les effets de cette culture de l’évaluation sur les manières d’être et de faire l’anthropologie ainsi que sur l’innovation scientifique et la prise de risque. Comment intégrer la nouveauté inhérente aux avancées scientifiques dans les processus standardisés d’évaluation ?

- La mise en place d’une politique européenne de la recherche. La construction d’un espace européen de la recherche s’appuie sur des dispositifs complexes d’appels d’offre et de pilotage de la recherche. Le partage des coûts entre l’Union européenne et les Etats, la standardisation des procédures, la constitution des comités d’experts, l’architecture des appels à proposition et la taille des projets retenus, ont des conséquences sur la place réservée à l’anthropologie dans les projets européens. La codification de la profession de chercheur et d’enseignant, aux fins de « simplifier » leur circulation dans l’espace européen, de même que la rédaction de codes de déontologie pour réglementer les rapports avec la société induisent à terme une série de changements dont il faudrait prendre la mesure. De quelle manière la construction des projets européens et l’obligation de se « ranger dans les cadres » modifie-t-elle le parcours de recherche des anthropologues ? Comment améliorer les programmes internationaux qui permettent de réaliser des recherches de plus grande ampleur ?

- Le pilotage institutionnel des recherches. La profession peut-elle considérer certains domaines de recherche comme prioritaires ? Quels seraient les critères pour l’anthropologie ? Comment conduire des recherches pionnières qui, par définition, ne peuvent entrer dans les appels à propositions qui sont conçus à partir des savoirs constitués et des cercles d’experts associés à la décision ministérielle ?

- Recherche publique, recherche privée. Les réformes actuelles modifient l’ensemble de l’architecture de la discipline. La faible visibilité de l’anthropologie dans le monde de l’entreprise et la non valorisation des recherches sur contrat privé sont-elles une spécificité française ou bien le fruit d’une réflexion aboutie sur la liberté du chercheur ? Comment penser les conditions d’une collaboration équitable entre chercheurs et commanditaires de recherche des secteurs publics et privés ? Avec la réforme des institutions d’enseignement supérieur et de recherche évoquées, la montée en puissance du mouvement social et des O.N.G dans la dynamique du développement conduisent l’ethnologue à s’impliquer dans les processus politiques et sociaux. Cette transformation touche-t-elle tous les acteurs : ethnologues statutaires ou non, engagés dans des parcours professionnels intermédiaires entre recherche, enseignement, médiation et action ?

Dans cette conjoncture de « réforme » il est légitime d’analyser l’idéologie et les normes morales qui président aux transformations des conditions d’exercice de l’anthropologie.

Les travaux concernant cette piste de réflexion et de discussion seront organisées à partir du séminaire « Actualités de l’anthropologie » qui se tiendra à Paris, à la MSH, les 16 janvier, 13 février, 13 mars, 3 avril, 15 mai et 12 juin 2007. Pour consulter le programme complet de ce séminaire, voir la rubrique « Agenda » sur ce site.

Posté le 25 octobre 2006 par Irène Bellier, Laurent Bazin

35 commentaire(s)

- commençant par les plus récents
Présentation du Débat 1. - 16 janvier 2017 20:37, par Georges Foity

merci Plombier Paris 8 pour ce post Plombier Paris 8 Plombier Paris 8

Présentation du Débat 1. - 15 janvier 2017 20:39, par Georges Foity

merci Electricien Villejuif pour ce post Electricien Villejuif Electricien Villejuif

Présentation du Débat 1. - 14 janvier 2017 20:37, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 18 pour ce post Serrurier Paris 18 Serrurier Paris 18

Présentation du Débat 1. - 14 janvier 2017 16:23, par Georges Foity

merci Serrurier Saint-Denis pour ce post Serrurier Saint-Denis Serrurier Saint-Denis

Présentation du Débat 1. - 14 janvier 2017 11:41, par Georges Foity

merci Plombier Boulogne-Billancourt pour ce post Plombier Boulogne-Billancourt Plombier Boulogne-Billancourt

Présentation du Débat 1. - 13 janvier 2017 23:33, par Georges Foity

merci Electricien Créteil pour ce post Electricien Créteil Electricien Créteil

Présentation du Débat 1. - 13 janvier 2017 10:57, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 11 pour ce post Serrurier Paris 11 Serrurier Paris 11

Présentation du Débat 1. - 12 janvier 2017 23:39, par Georges Foity

merci Electricien Rueil-Malmaison pour ce post Electricien Rueil-Malmaison Electricien Rueil-Malmaison

Présentation du Débat 1. - 12 janvier 2017 22:15, par Georges Foity

merci Plombier Clichy pour ce post Plombier Clichy Plombier Clichy

Présentation du Débat 1. - 12 janvier 2017 19:05, par Georges Foity

merci Serrurier Rueil-Malmaison pour ce post Serrurier Rueil-Malmaison Serrurier Rueil-Malmaison

Présentation du Débat 1. - 12 janvier 2017 14:55, par Georges Foity

merci Serrurier Clichy pour ce post Serrurier Clichy Serrurier Clichy

Présentation du Débat 1. - 12 janvier 2017 09:28, par Georges Foity

merci Plombier Antony pour ce post Plombier Antony Plombier Antony

Présentation du Débat 1. - 22 décembre 2016 18:00, par Georges Foity

merci Plombier Lyon pour ce post Plombier Lyon Plombier Lyon

Présentation du Débat 1. - 12 décembre 2016 17:03, par Georges Foity

merci Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie pour ce post Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie

Présentation du Débat 1. - 5 décembre 2016 22:50, par Georges Foity

merci Serrurier Créteil pour ce post Serrurier Créteil Serrurier Créteil

Présentation du Débat 1. - 23 novembre 2016 08:11, par Georges Foity

merci Serrurier Vitry-sur-Seine pour ce post Serrurier Vitry-sur-Seine Serrurier Vitry-sur-Seine

Présentation du Débat 1. - 23 novembre 2016 07:39, par Georges Foity

merci Serrurier Nanterre pour ce post Serrurier Nanterre Serrurier Nanterre

Présentation du Débat 1. - 23 novembre 2016 07:30, par Georges Foity

merci Serrurier Nanterre pour ce post Serrurier Nanterre Serrurier Nanterre

Présentation du Débat 1. - 13 octobre 2016 01:00, par Georges Foity

merci Plombier Limay pour ce post Plombier Limay Plombier Limay

Présentation du Débat 1. - 12 octobre 2016 23:52, par Georges Foity

merci Electricien Osny pour ce post Electricien Osny Electricien Osny

Présentation du Débat 1. - 12 octobre 2016 23:34, par Georges Foity

merci Electricien Clamart pour ce post Electricien Clamart Electricien Clamart

Présentation du Débat 1. - 12 octobre 2016 23:13, par Georges Foity

merci Electricien Bonneuil-sur-Marne pour ce post Electricien Bonneuil-sur-Marne Electricien Bonneuil-sur-Marne

Présentation du Débat 1. - 7 octobre 2016 00:43, par Georges Foity

merci Serrurier Viroflay pour ce post Serrurier Viroflay Serrurier Viroflay

Présentation du Débat 1. - 6 octobre 2016 23:33, par Georges Foity

merci Plombier Vauréal pour ce post Plombier Vauréal Plombier Vauréal

Présentation du Débat 1. - 6 octobre 2016 22:52, par Georges Foity

merci Plombier Neuilly-sur-Seine pour ce post Plombier Neuilly-sur-Seine Plombier Neuilly-sur-Seine

Présentation du Débat 1. - 6 octobre 2016 21:05, par Georges Foity

merci carte du monde a gratter pour ce post carte du monde a gratter carte du monde a gratter

Présentation du Débat 1. - 3 juillet 2007 16:26, par Sylvie Grenet, chargée de mission à la mission ethnologie

Bonjour. Je suis chargée de mission à la mission ethnologie, en poste depuis 2006 seulement. Je ne m’occupe pas des appels d’offre, et ne saurais donc vous dire comment cela fonctionne exactement, mais je puis vous donner quelques précisions sur le reste.

Suite à une réorganisation de la direction de l’architecture et du patrimoine en 2006, la recherche a été extraite de la mission ethnologie, et fait désormais partie d’un secteur appelé « département recherche, expertise et méthode ». La personne qui s’occupe de ces projets, ancien membre de la mission, s’appelle Alain Morel. Il sera certainement heureux de répondre à vos interrogations. Vous trouverez ses coordonnées sur le site culture.gouv.fr/mpe.

En ce qui concerne le site internet maintenant. Il a été créé par la mission ethnologie, avec l’aide d’un webmestre, qui est parti en 2006. Depuis lors, il n’a pas été été remplacé et c’est un collègue de la DAPA qui nous aide de temps à autre,en plus de son travail, en particulier pour l’alimentation de PortEthno. En outre, tous les différents sites du ministère de la culture sont en cours de refonte, pour être versés dans un vaste portail. Les nouvelles de la mission ethnologie ne sont donc malheureusement plus actualisées, parce que nous attendons la mise en ligne de la nouvelle version, qui est actuellement dans sa dernière phase de test. Une fois le nouveau site lancé, les nouvelles de la mission devraient donc pouvoir être plus complètes, et plus actualisées, avec cependant pour limite nos forces, car nous ne sommes plus que trois à la mission. Vous devriez néanmoins retrouver une grande partie des rapports de recherche, que nous avons transformés en pdf, et qui pourront être consultés dans leur intégralité, ce qui devrait vous donner une idée de leur contenu. Vous pouvez déjà les consulter librement au centre de documentation de la DAPA (prendre rendez-vous au 0140158759), qui mettra bientôt lui aussi en ligne son catalogue de littérature grise.

Si vous désirez de plus amples informations sur la mission, et sur dont je m’occupe en particulier (le patrimoine culturel immatériel que mentionnait Daniel Fabre et les allocations de formation et de recherche), n’hésitez pas à me contacter, par téléphone ou mail (coordonnées sur le site de la mission)

Mission pour l’ethnologie - 26 juin 2007 20:24, par Post-doctorant à la recherche de contrats pour survivre

Bonsoir Monsieur Daniel Fabre

Merci pour ces informations, et toutes mes excuses pour mon ignorance.

J’ai bêtement fait confiance aux informations qui sont aujourd’hui en ligne sur le site de la Mission ethnologie où on trouve ceci quand on clique sur « travaux de recherche » http://www.culture.gouv.fr/mpe/rech...

« Des thèmes de recherche nationaux sont définis chaque année pour approfondir la connaissance ethnologique du domaine français, en liaison avec les grands domaines d’action du ministère de la Culture et notamment de la direction de l’Architecture et du Patrimoine.

Ces thèmes font l’objet d’appels d’offres thématiques soumis à l’examen du Conseil

Il existe d’autre part des programmes d’action incitative (page en construction). De caractère plus volontariste, ils sont souvent menés en liaison avec d’autres services du ministère de la Culture et de la Communication (direction des Musées de France, délégation au Développement et à l’Action territoriale, etc.). Par la confrontation des approches et le partage des réflexions, ils permettent d’optimiser la finalisation des recherches.

Les études sont désormais mises en oeuvre par le département « recherche, méthodes et expertise » de la sous-direction archéologie, ethnologie, inventaire et système d’information. » (fin de citation)

En lisant cela, sur un site officiel, on peut se faire des idées inexactes… Ce serait quand même mieux si les informations étaient vraies.

Et je ne comprends pas pourquoi vous écrivez que « Malheureusement la politique des Appels d’offres s’est arrêtée il y a une dizaine d’années », parce que une dizaine d’années, cela fait 1997. Alors pourquoi je trouve sur ce site (sur la page http://www.culture.gouv.fr/mpe/rech...) ceci

TRAVAUX LANCÉS SUR APPEL D’OFFRE PAR LA MISSION DE 1981 à 2002

# Entre privé et public : les rapports de cohabitation et les usages des espaces communs dans les ensembles résidentiels (2001-2002)

# Ethnologie de la relation esthétique (1998-1999 ; 2000)

# Formes contemporaines de l’économie informelle : activités, échanges et réseaux de relations (1998-1999)

Tout cela n’est quand même pas très très clair ! Merci beaucoup de me donner des informations complémentaires.

Bienvenue à Daniel Fabre sur le site des Assises de l’ethnologie - 26 juin 2007 19:38, par Eliane Daphy

Merci à Daniel Fabre pour sa réponse claire et précise, et bienvenue au nouveau contributeur aux débats en ligne des Assises de l’ethnologie.

Il est en effet désolant, comme vous l’écrivez, que l’état et les conditions d’accès aux commandes ou appels d’offres ministériels (et pas seulement du Ministère de la Culture…) soient tout à fait méconnues.

L’information circule de façon parcellaire, elle est peu accessible, difficile à comprendre (jargon administratif). Cet état de fait donne l’impression à ceux qui apprennent dans les CV (sur les sites des laboratoires ou les blogs persos) que des doctorants ou des hors-statuts ont bénéficié d’appels d’offres ou de subventions que les dés sont pipés, et que tout se fait par cooptation, ce qui est une vision partiale et partielle de la situation.

La liste d’échanges mail yahoo « doc-post-docs » [docpostdoc-ethno.yahoogroupes.fr] mise en place par Caroline Legrand est un pas en avant dans l’échange des informations. Mais même si les messages sont conservés sur le site yahoogroupes et restent consultables, ils sont néanmoins difficiles d’accès, non-indexés sur le web, et non accessibles publiquement (il faut s’inscrire à la liste). Ces limites n’enlèvent rien à la valeur de cette iniative pionnière ; c’est simplement que les outils Internet ont beaucoup évolués depuis 2004 (date de création de la liste) où les listes yahoo étaient le moyen le plus simple, performant et techniquement accessible (pour des béotiens de l’informatique) d’échanger rapidement et de stocker des informations (c’est ainsi que communiquaient les membres de l’atelier des Etats généraux de la recherche -SLR- Paris-Centre « Acteurs et métiers de la recherche »).

Une partie des informations est déjà mise en ligne sur des sites de laboratoires, sur les sites des associations, sur les blogs persos… Mais pour le moment, dans le domaine de la diffusion de l’information, les ethnologues -moi compris !- utilisent la plupart du temps la toile pour défendre leur petite promotion (personnelle, associative, laboratoire), et n’exploitent guère, au service de l’ensemble de la collectivité, les outils coopératifs et contributifs d’Internet (souvent qualifiés de « web2 »). Ainsi, par exemple, les laboratoires informent de leurs séminaires sur leurs sites, ou les membres de l’EHESS sur la liste tlm (tout le monde ? vraiment ? n’est-ce pas un peu ehess-centrique ?), plutôt (ou en plus de) utiliser Calenda, un site coopératif qui conserve l’information et dispose des outils de syndication. Cette concurrence, dommageable, contribue à la balkanisation de la discipline, et à son manque de visibilité (nationale, mais aussi internationale).

Peut-être pourrions-nous envisager, dans le prolongement des Assises, de construire un site web « nouvelle génération » (en spip, comme celui des assises…), utilisant la syndication automatique pour les sites officiels qui proposent ce service (fil RSS, càd récupération automatique sur un site des informations provenant d’un autre site), site ouvert à tous les contributeurs qui souhaiteraient échanger, et qui aurait pour mission de regrouper et rendre lisible l’information sur les offres d’emploi, les appels d’offres, les concours… Pourquoi pas un wiki, librement modifiable (avec modération, pour éviter la publication d’informations farfelues) ? En réunissant les forces disponibles, et en allant chercher des alliés quand nous n’avons pas les connaissances et compétences nécessaires, le projet devrait être jouable.

Répondrez-vous aux nombreux messages concernant le fonctionnement de la section 38 ? En attendant d’avoir le plaisir de vous lire de nouveau, encore merci pour votre contribution aux Assises de l’ethnologie.

Eliane Daphy

Présentation du Débat 1. - 26 juin 2007 18:15, par DANIEL FABRE

Christian Bromberger a été, de 1997 à 2001 le dernier président du dernier Conseil du Patrimoine Ethnologique où il a succédé à Daniel Fabre (président de 1992 à 1996). Une Mission à l’Ethnologie existe toujours au sein de la Direction du Patrimoine au Ministère de la Culture, elle gère toujours des bourses de l’Institut du Patrimoine auxquelles tout jeune chercheur peut présenter un projet. Malheureusement la politique des Appels d’offres s’est arrêtée il y a une dizaine d’années, en revanche la Mission poursuit son travail en région (autour d’une dizaine d’ethnologues régionaux dont les enseignants et jeunes chercheurs en ethnologie de la France ont intérêt à se rapprocher, et de trois ethnopôles). Sous la direction de Christian Hottin, elle conduit également une réflexion sur les politiques culturelles, en particulier, en ce moment, sur le patrimoine culturel immatériel.

Je donne ces informations très simples, me rendant compte que l’état des lieux, en particulier des commandes ministérielles, est tout à fait méconnu, le débat s’appuyant parfois sur une situation depuis longtemps révolue.

Daniel Fabre, Directeur d’études à l’EHESS.

Institution : le conseil scientifique de la Mission ethnologie - 22 juin 2007 20:15, par Post-doctorant à la recherche de contrats pour survivre

Bonjour

J’ai cherché à connaitre la composition du Conseil scientifique de la Mission ethnologie du Ministère de la Culture à laquelle je voudrais présenter un projet. Je n’ai trouvé cette information nulle part, ni sur le site de la Mission, ni dans le Journal officiel. En particulier, je voudrais savoir si Daniel Fabre est toujours président de ce conseil ? Dois-je y voir un lien avec le nombre de contrats (pour des séminaires, des rapports) que Daniel Fabre et son équipe (dont les doctorants et post-doctorants) réussissent à obtenir ? Certains en ligne sur le site de la Mission

et aussi ici

Comment interpréter la phrase en ligne sur le site :

« Les études demandées à des chercheurs prestataires de service ont pour but d’éclairer la direction de l’Architecture et du Patrimoine pour la mise en oeuvre de ses politiques culturelles. Elles présentent un caractère plus opérationnel que les rapports de recherche issus des appels d’offres. »

Est-ce que cela signifie que désormais la Mission Ethnologie ne finance que recherches sur commandes ? Il semble qu’il n’y ait plus d’appels d’offres ?

Après, ces rapports/séminaires commandes donnent lieu à des publications. Impossible de connaitre le comité de rédaction de ces publications. Le système est donc opaque, et permet de financer toujours les mêmes, sans critères autres que le favoritisme. Après, dans les sélections pour l’intégration au CNRS, les personnes qui ont eu droit à des crédits de la Mission sont aussi en meilleure position pour intégrer comme chargés de recherche (plusieurs cas ces dernières années).

Dans votre séminaire, vous avez dit beaucoup de mal de l’ANR, mais au moins, cet organisme distribue les fonds publics avec des procédures transparentes, car cette agence dispose de conseils scientifiques, fait des appels d’offres disponibles en ligne, ce qui ne semble pas être le cas de la Mission ethnologie.

J’espère que les responsables des Assises ne penseront pas que je suis aigri en posant cette question. Il me semble légitime de connaitre les procédures de distribution des crédits du Ministère de la Culture, qui de mon point de vue devraient être publiques et publiées, comme c’est la règle pour les fonds publics.

Merci d’avance aux responsables de ce débat de me donner leur point de vue.

Lien hypertexte: Mission Ethnologie du Ministère de la Culture
Intervenants et organisation de la table-ronde - 29 mars 2007 07:43, par Un précaire bac + 6 en ethnologie, ex-exploité par un musée d’ethnologie

Serait-il possible d’avoir des informations sur les intervenants contactés pour participer à cette table-ronde sur les musées ?

Les conditions de travail des personnes travaillant dans les musées d’ethnologie seront-elles évoqués lors de ces journées ?

XX, ex-collaborateur au Musée national des arts et traditions populaires, département de la musique dirigé par Florence Gétreau, stagiaire non rémunéré (deux ans) dans le cadre de son service militaire comme objecteur de conscience.

Lien hypertexte: Journée « Musées et ethnologie »
Présentation de la Piste 5. - 12 février 2007 16:34, par Jacques Gutwirth

Les musées d’ethnologie et la pratique de l’ethnologie aujourd’hui

Nous sommes en mesure de donner les dates de notre atelier et table ronde : « les musées d’ethnologie et la pratique de l’ethnologie aujourd’hui ». Nous avons réservé une salle le lundi 19 et le mardi 20 novembre 2007 au

CNRS, 27 rue Paul Bert, Ivry-sur-Seine, tout de suite aux portes de Paris (métro Porte de Choisy ).

La cantine du CNRS permettra de se restaurer dans de bonnes conditions.

Nous demandons aux intervenants de ne pas discourir plus de 5 à 8 minutes, pour que le débat qui devrait suivre chaque intervention, durant un temps équivalent, puisse prendre toute son ampleur. L’ensemble devrait être enregistré sur magnétophone et nous espérons aboutir à une publication.

Nous avons réservé la salle pour deux jours, mais la durée de nos réunions dépendra du nombre d’interventions.

Il nous reste encore à inviter nombre d’autres collègues. Vos suggestions quant à des noms sont bienvenues,

La salle offre à des non-intervenants la possibilité d’assister à l’atelier.

Bernard Dupaigne et Jacques Gutwirth

Bernard Dupaigne

Musée de l’Homme

17 Place du Trocadéro

F- 75116 Paris

Tel : 01 44 05 73 17

Jacques Gutwirth Am Eisernen Schlag 3 D- 60431 Frankfurt/Main fax : (00 49 69) 53 09 68 40 Email : jgutwirth1@aol.com

atelier « musée d’ethnologie et pratique de l’ethnologie » - 8 janvier 2007 10:15, par Irène Bellier

Excellente idée que d’organiser un atelier sur ce thème. Merci à Jacques Gutwirth et Bernard Dupaigne de s’en occuper. Ce serait bien de prendre contact plus précisément avec les coordonnateurs de la piste 1, Laurent Bazin et moi-même. Nous pourrions discuter de cela à l’occasion de la prochaine séance « actualités de l’anthropologie » qui se tiendra le 16 janvier à 17h, MSH salle 015.

Présentation de la Piste 1. - 3 janvier 2007 09:21, par Jacques Gutwirth

La disparition de l’ethnologie au Musée de l’Homme et l’ouverture du Musée du quai Branly ont suscité bien des remous. D’autre part le lien entre les musées d’ethnologie et la pratique de la discipline se sont considérablement distendus. Une table-ronde ou un atelier sur « les musées d’ethnologie et la pratique de l’ethnologie aujourd’hui » (titre provisoire), me parait devoir figurer dans la piste 1. Bernard Dupaigne (Musée de l’Homme) et moi-même sommes disposés à mener ces débats et à y contribuer

Jacques Gutwirth. Directeur de recherche honoraire au CNRS


Cet article a été lu 14436 fois.