La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre »

Contribution de Birgit Muller a la seance du seminaire AFA/APRAS du 15 mai 2007

“Les sciences sociales, cela sert aussi à faire la société.” J’ai pris cette phrase citée par Eric Fassin parce qu’elle m’a servi de point de départ pour le premier terrain que j’ai entrepris dans les années 1980s sur le mouvement alternatif à Berlin-Ouest. Cette phrase peut se comprendre de trois manières différentes et complémentaires :

1. À travers les sciences sociales comme connaissance le/la chercheur/e cherche en tant qu’expert ou savant à avoir un impact plus ou moins direct sur la société, une influence sur les orientations politiques et la direction de la transformation sociale.

2. Les sciences sociales servent à construire des catégories avec lesquelles la société se comprend elle-même. Elles participent donc à la construction des cadres cognitifs, des idéologies et des croyances.

3. Les sciences sociales servent aussi à déconstruire les catégories et les vérités sur lesquelles se basent les rapports sociaux et les rapports de pouvoir en particulier et offrent ainsi la possibilité de penser la société autrement.

Dans les années 1980s j’ai fait un retour de l’Afrique dans ma propre société. En tant que anthropologue dans des collectifs de production à Berlin-Ouest j’ai voulu participer au mouvement alternatif qui était en plein essor à cette époque. Le mouvement était construit sur une culture de débat et de controverse. Les membres des collectifs se voyaient simultanément comme les expérimentateurs et les sujets d’experiments sociales qui voulaient apporter des changements profonds de société. Cependant leurs façons de participer et de s’observer se distinguaient de la manière de voir de l’anthropologue par le fait que les membres des collectifs avaient des intérêts matériels et immédiats, par exemple le niveau de salaire, le temps de travail que l’anthropologue ne partageait pas. La participation de l’anthropologue au travail du collectif et à son autoréflexion relevait d’une autre nécessité. Mon regard d’observateur extérieur et mon analyse des rapports observés avait donc l’effet de projeter une image aux membres des collectifs avec laquelle ils étaient en accord ou désaccord selon leur position dans la situation de conflit observée, dans laquelle ne se reconnaissaient pas forcément ou pire, qu’ils trouvaient trop évidente pour être intéressante.

En 1991 quand mon livre sur les mouvements alternatifs à Berlin-Ouest fut enfin publié, le mur de Berlin était tombé, les mouvements alternatifs avaient pris fin et j’étais devenu le chroniqueur d’une époque, d’un mouvement, qui semble très loin par ses ambitions et ses façons d’apprécier la société, des préoccupations actuelles. L’impact que j’ai pu avoir sur la direction qu’a pris la transformation du mouvement alternatif me semble minime. Les catégories que j’ai construites pour faire sens des rapports sociaux observées n’avaient plus aucune importance pour les acteurs. Mes efforts à déconstruire les visions du monde et rapports de pouvoirs au sein des collectifs recevaient au mieux un intérêt poli parmi les ex-membres de collectifs qui avaient pris la peine de lire le livre. Le livre qui est né de mon engagement, la forme et le contenu relèvent de cet engagement, mais il mène maintenant une vie indépendante de mes premières intentions.

Dans un deuxième terrain sur l’Allemagne au moment de la chute du mur, j’ai abordé la recherche sous l’angle plus classique de l’anthropologue qui cherche à comprendre la société est-allemande inconnue et qui veut percer l’énigme de l’événement de la fin subite du socialisme réal existant que les sciences sociales n’arrivassent pas à expliquer. Dès le début de ma recherche en 1990 j’étais sollicitée par les acteurs dans les entreprises où je faisais ma recherche en tant que traductrice utilisée par les Allemands de l’Est pour se présenter et s’expliquer à ceux de l’Ouest. Pendant la première année sur le terrain j’ai pu enquêter librement dans les entreprises dans un « vide de pouvoir » puisque les hiérarchies anciennes de l’économie du plan s’étaient effondrées et les nouveaux rapports de pouvoir de l’économie de marché n’avaient pas encore pris effet. La situation se révélait dans toute son exceptionnalité quand elle se terminait en 1991 et j’étais prise au milieu de luttes de pouvoir et d’appropriation féroces au sein des entreprises. J’étais appelé à choisir mon camp, à prendre position et aussi à expliquer la logique du nouveau système économique et ses rapports de pouvoirs et de contrôle aux acteurs dans les entreprises. Cette intervention a du avoir été efficace parce que j’étais priée par les managers dans deux des trois entreprises d’arrêter mon enquête parce que ma présence rendait les ouvriers trop impertinents. C’est enfin la découverte douloureuse de l’économie du marché par les ouvriers et employés dans les entreprises, et leurs regards extérieurs et critiques sur le fonctionnement de l’économie du marché décalé par rapport à celui des Allemands de l’Ouest, qui a guidé l’écriture de mon livre.

Quand le livre sur ces enquêtes est sorti en Allemand les trois entreprises avaient déjà fait faillite et leurs employés s’étaient dispersés. Ceux qui ont reçu le livre ne m’ont jamais fait de commentaire. J’avais donc de nouveau produit la chronique d’une époque. Quand je regarde les critiques de mon livre dans les journaux allemands c’est probablement le rôle de traductrice qui m’avait été assigné par les acteurs qui a eu le plus d’impact. Les compte-rendus du livre insistent sur la richesse et l’originalité de mon analyse des transformations dans les entreprises est-allemandes (merci !) mais ils passent sous silence ma critique de l’économie de marché avec laquelle j’aurais voulu avoir un impact sur le présent.

Posté le 5 juillet 2007 par Birgit Müller

32 commentaire(s)

- commençant par les plus récents
La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 17 janvier 2017 07:34, par Georges Foity

merci audit sécurité informatique pour ce post audit sécurité informatique audit sécurité informatique

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 17 janvier 2017 02:37, par Georges Foity

merci Electricien Paris 9 pour ce post Electricien Paris 9 Electricien Paris 9

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 17 janvier 2017 01:53, par Georges Foity

merci Serrurier Aubervilliers pour ce post Serrurier Aubervilliers Serrurier Aubervilliers

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 16 janvier 2017 21:26, par Georges Foity

merci Plombier Sarcelles pour ce post Plombier Sarcelles Plombier Sarcelles

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 16 janvier 2017 11:09, par Georges Foity

merci Serrurier Noisy-le-Grand pour ce post Serrurier Noisy-le-Grand Serrurier Noisy-le-Grand

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 16 janvier 2017 07:18, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 17 pour ce post Serrurier Paris 17 Serrurier Paris 17

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 16 janvier 2017 04:58, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 17 pour ce post Serrurier Paris 17 Serrurier Paris 17

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 16 janvier 2017 04:57, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 17 pour ce post Serrurier Paris 17 Serrurier Paris 17

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 16 janvier 2017 04:18, par Georges Foity

merci Electricien Courbevoie pour ce post Electricien Courbevoie Electricien Courbevoie

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 15 janvier 2017 22:43, par Georges Foity

merci Serrurier Antony pour ce post Serrurier Antony Serrurier Antony

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 15 janvier 2017 08:54, par Georges Foity

merci Plombier Épinay-sur-Seine pour ce post Plombier Épinay-sur-Seine Plombier Épinay-sur-Seine

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 15 janvier 2017 06:08, par Georges Foity

merci Electricien Paris 13 pour ce post Electricien Paris 13 Electricien Paris 13

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 14 janvier 2017 14:28, par Georges Foity

merci Serrurier Vitry-sur-Seine pour ce post Serrurier Vitry-sur-Seine Serrurier Vitry-sur-Seine

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 13 janvier 2017 12:18, par Georges Foity

merci Plombier Paris 20 pour ce post Plombier Paris 20 Plombier Paris 20

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 12 janvier 2017 22:19, par Georges Foity

merci Plombier Clichy pour ce post Plombier Clichy Plombier Clichy

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 12 janvier 2017 15:47, par Georges Foity

merci Plombier Paris 17 pour ce post Plombier Paris 17 Plombier Paris 17

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 12 janvier 2017 12:12, par Georges Foity

merci Plombier Aulnay-sous-Bois pour ce post Plombier Aulnay-sous-Bois Plombier Aulnay-sous-Bois

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 12 janvier 2017 09:57, par Georges Foity

merci Electricien Montreuil pour ce post Electricien Montreuil Electricien Montreuil

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 25 décembre 2016 21:39, par Georges Foity

merci investissement immobilier pour ce post investissement immobilier investissement immobilier

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 12 décembre 2016 15:04, par Georges Foity

merci Dépannage serrure Limours pour ce post Dépannage serrure Limours Dépannage serrure Limours

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 23 novembre 2016 16:01, par Georges Foity

merci Serrurier Montreuil pour ce post Serrurier Montreuil Serrurier Montreuil

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 23 novembre 2016 13:43, par Georges Foity

merci Serrurier Saint-Denis pour ce post Serrurier Saint-Denis Serrurier Saint-Denis

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 23 novembre 2016 11:29, par Georges Foity

merci Serrurier Argenteuil pour ce post Serrurier Argenteuil Serrurier Argenteuil

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 23 novembre 2016 11:26, par Georges Foity

merci Serrurier Asnières-sur-Seine pour ce post Serrurier Asnières-sur-Seine Serrurier Asnières-sur-Seine

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 23 novembre 2016 03:08, par Georges Foity

merci leurre peche mer pour ce post leurre peche mer leurre peche mer

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 13 octobre 2016 03:54, par Georges Foity

merci Serrurier Viroflay pour ce post Serrurier Viroflay Serrurier Viroflay

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 13 octobre 2016 03:37, par Georges Foity

merci Serrurier Noisiel pour ce post Serrurier Noisiel Serrurier Noisiel

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 13 octobre 2016 01:08, par Georges Foity

merci Plombier Limay pour ce post Plombier Limay Plombier Limay

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 13 octobre 2016 00:52, par Georges Foity

merci Electricien Brie-Comte-Robert pour ce post Electricien Brie-Comte-Robert Electricien Brie-Comte-Robert

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 12 octobre 2016 23:19, par Georges Foity

merci Electricien Clamart pour ce post Electricien Clamart Electricien Clamart

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 11 octobre 2016 11:17, par Georges Foity

merci Serrurier Noisiel pour ce post Serrurier Noisiel Serrurier Noisiel

La temporalité de l’engagement anthropologique ou « on n’est jamais maître de son œuvre » - 6 octobre 2016 21:22, par Georges Foity

merci carte du monde pour ce post carte du monde carte du monde


Cet article a été lu 13203 fois.