L’altérité à l’heure de la post-colonialité

Les enjeux autour de l’art non-occidental

À la faveur des monographies, de nombreuses littératures anthropologiques essaiment sur de multiples inventions de vivre. Dans cette mouvance, l’ethnologie se positionne indubitablement comme un support essentiel dans la vulgarisation de l’extrême variabilité des modes de vie. C’est dire en réalité que les cultures existent d’être différentes et donc diverses. L’approche anthropologique, en se débarrassant dans sa démarche de tout jugement de valeur, a opté pour le postulat de la vie en communautés distinctes dans un environnement où, malheureusement, toutes les cultures s’affirment par des relents d’ethnocentrisme à travers l’absolutisation de leurs normes et institutions. En posant leur supériorité en axiome, certaines cultures prétendent à l’humanité noble. Cette attitude participe ainsi d’une forme de construction de l’altérité qui tend à s’édifier et qui varie à des proportions diverses à travers le monde. Toute chose de nature à secréter les germes de l’exclusion des autres cultures pour asseoir une culture universelle. Il ne serait ainsi pas exagéré d’assimiler ces « cultures-vérité » telles que désignées par M. Edjenguélé (2000) à de l’intégrisme tant elles renient et menacent la diversité culturelle, véritable richesse du patrimoine culturel mondial.

Plus que jamais, la culture est au centre d’un enjeu politique d’envergure au point de servir de puissant instrument d’assimilation, de décivilisation et de dénivellement. C’est ce dont témoigne la naissance à la fin du XIXe siècle d’un art africain fortement imprégné du courant évolutionniste ; un paradigme fondé sur l’analogie d’une évolution biologique et stratigraphique et une évolution culturelle. C’est dans cette perspective, qu’en dépit de l’intégration de l’art nègre dans les catégories de l’esthétique, l’ensemble de la production matérielle africaine est dorénavant utilisée pour jeter une passerelle entre l’art et l’ethnographie. On observe ainsi un intérêt croissant du monde occidental pour la sculpture africaine de nos jours.

Dans un tel contexte, l’Afrique est célébrée pour sa sculpture considérée dans le monde occidental comme une forme artistique extrêmement évoluée et sophistiquée avec des milliers d’années d’histoire derrière elle. Elle est même parfois considérée comme une subdivision de l’« art primitif », concept issu de l’évolution darwinienne. Il découle ainsi d’une théorie émanant de L. de Vinci selon laquelle, la peinture, en vogue en Occident, serait la forme d’art la plus élevée et la dernière à avoir émergée. Ce qui mène dès lors à la conclusion que les sociétés ne possédant que les sculptures sont attardées. En dépit de la découverte des peintures rupestres datant de l’âge de pierre qui vint annuler ou relativiser cette théorie, l’idée d’un « art primitif » africain arriéré ou originel a persisté, confortant ainsi l’idée de Hegel qui suggérait déjà l’exclusion de l’Afrique du monde historique.

Ainsi, l’expression « art primitif » héritée des anthropologues du XIXe siècle qui considéraient l’Europe de leur époque comme l’apogée de l’évolution sociale connaît encore de beaux jours même si elle se révèle dans son acception courante comme un concept négatif. Elle est alors définie comme appartenant aux régions ne faisant pas partie des traditions occidentales et orientales tournées vers la modernité. Il s’agit donc assurément d’une définition ethnocentrique. Il apparaît évident à travers cette forme d’approche que les études en art portant sur les régions jusque là peu connues de l’Occident n’avaient d’autres buts que la recherche de l’origine première de l’art en la sculpture. C’est ce qu’atteste du reste le recours à l’euphémisme d’« art premier ». Ce qui suppose que l’art extra-occidental soit antérieur à tout autre. Toute chose qui pose fort mal le problème de l’origine et d’une éventuelle perspective historique linéaire en laquelle viendrait sagement se ranger les cultures.

Bien plus encore, les œuvres contemporaines produites par les artistes issus d’Afrique sont désormais l’expression, plus ou moins directe et explicite, d’une confrontation entre peuples colonisateurs et colonisés. Ces derniers seraient des héritiers d’un biculturalisme encombrant et d’un passé colonial douloureux. Une situation qui aura fortement marqué leur trajectoire personnelle autant que leur histoire qui se retrouve immanquablement dans les œuvres ; lesquelles intègrent des thèmes ou des représentations attestant de l’influence occidentale et de la modernisation. Leurs productions matérielles témoignent donc d’un changement radical par rapport aux formes artistiques les plus traditionnelles qui continuent quant à elles d’être reproduites et commercialisées par le biais du marché touristique dit « airport art » et d’une réelle forme d’innovation esthétique. Comme l’a relevé J. Clifford (1995), leur « post-modernité » s’exprime à travers un paradoxe : celui d’un néo-traditionalisme qui s’apparente à de l’art contemporain international nourri d’universalisme tout en affirmant la spécificité et l’irréductibilité des valeurs culturelles indigènes « immémoriales ». Ce multiculturalisme à la mode cohabite avec une conscience ethnique exacerbée. On pourrait ainsi parler avec C. Graille (2003) d’un « art moderne ethnique ». Ce qui explique de nos jours cet engouement porté pour une tendance tribale ou ethnique à son tour inscrite dans un phénomène social plus ample (anti-mondialisation, post-modernisme). Les artistes Bamum contemporains pour ne prendre que cet exemple, bien qu’étant d’une certaine manière affranchis d’un traditionalisme jugé réducteur et anti-créatif, se trouvent en même temps contraints sous une forme implicite voire inconsciente, à ne pas s’écarter d’une esthétique qui permette, peu ou prou, de les identifier d’un point de vue ethnique. Leurs objets n’accèdent ainsi aux espaces d’exposition naissants qu’à condition de se conformer aux canons d’une esthétique contemporaine « post-coloniale », autrement dit « ethnique » ou « identitaire ».

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.

1- AMSELLE, J.L., Doit-on exposer l’art africain ?, Le musée cannibale, Gonseth, 2002.

2- COLIN, R., Le Primitivisme et l’art moderne, Paris : Thames and Hudson, coll. L’Univers de l’art, 1997.

3- DELE, J., Western might, African voice. African art at the dawn of another millenium,1998.

4- DUPAIGNE, B., Quels musées d’ethnographie pour demain ? Quel avenir pour les collections extra-européennes ?, Paris : Musée de l’Homme, 1993.

5- GRAILLE, C., Primitifs d’hier, artistes de demain : l’art kanak et océanien en quête d’une nouvelle légitimité, 2003.

6- HEGEL, G.W.F., Leçon sur l’histoire de la philosophie. Introduction, bibliographie et philosophie orientale : VRIN, coll. Textes philosophiques.

7- LOUMPET, G., « Patrimoine culturel et stratégies identitaires au Cameroun, analyse d’un mécanisme intégratif transposé » in Enjeux, bulletin d’analyses géopolitiques pour l’Afrique Centrale, 2003.

8- LOUMPET- GALITZINE, A., « Le marché de l’art africain : réflexion à propos d’un commerce inégal » in Enjeux, bulletin d’analyses géopolitiques pour l’Afrique Centrale, 2003.

9- MBONJI, E., Les cultures-vérité. Le soi et l’autre. Ethnologie d’une relation d’exclusion, Yaoundé : Etoile, 2000.

10- Ouvrage collectif, L’Autre et nous, « scènes et types ». Anthropologues et historiens devant les représentations des populations colonisées, des « ethnies », des « tribus » et des « races » depuis les conquêtes coloniales, Paris : A.C.H.A.C., coll. SYROS, 1995.

11- RHODES. C., Le Primitivisme et l’art moderne, Paris : Thames and Hudson, coll. l’Univers de l’art, 1997.

12- TELERAMA, Trésors d’autres mondes. Les arts premiers entrent au Louvre, Paris, magazine hors-série, 2001.

13- THOMAS, N., Possessions. Indigenous art, colonial culture, London : Thames and Hudson, 1999.

14- WILLETT, F., L’art africain, Paris : thames and Hudson, coll. l’Univers de l’art , version française, traduction de Catherine Ter-Sarkissian, 1990.

Posté le 22 juillet 2007 par Mama Moustapha Nchourupouo Mfouapon

25 commentaire(s)

- commençant par les plus récents
L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 14 mars 2017 16:30, par Georges Foity

merci Serrurier Santeny pour ce post Serrurier Santeny Serrurier Santeny

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 17 janvier 2017 06:24, par Georges Foity

merci Serrurier Villejuif pour ce post Serrurier Villejuif Serrurier Villejuif

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 16 janvier 2017 06:15, par Georges Foity

merci Plombier Asnières-sur-Seine pour ce post Plombier Asnières-sur-Seine Plombier Asnières-sur-Seine

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 16 janvier 2017 06:13, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 17 pour ce post Serrurier Paris 17 Serrurier Paris 17

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 15 janvier 2017 18:07, par Georges Foity

merci Electricien Vitry-sur-Seine pour ce post Electricien Vitry-sur-Seine Electricien Vitry-sur-Seine

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 15 janvier 2017 14:58, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 20 pour ce post Serrurier Paris 20 Serrurier Paris 20

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 15 janvier 2017 14:06, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 20 pour ce post Serrurier Paris 20 Serrurier Paris 20

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 14 janvier 2017 01:25, par Georges Foity

merci Serrurier Ivry-sur-Seine pour ce post Serrurier Ivry-sur-Seine Serrurier Ivry-sur-Seine

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 janvier 2017 12:40, par Georges Foity

merci Electricien Clichy pour ce post Electricien Clichy Electricien Clichy

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 janvier 2017 10:47, par Georges Foity

merci Electricien Antony pour ce post Electricien Antony Electricien Antony

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 janvier 2017 00:07, par Georges Foity

merci Electricien Rueil-Malmaison pour ce post Electricien Rueil-Malmaison Electricien Rueil-Malmaison

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 12 janvier 2017 08:51, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 8 pour ce post Serrurier Paris 8 Serrurier Paris 8

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 12 janvier 2017 06:01, par Georges Foity

merci Plombier Saint-Denis pour ce post Plombier Saint-Denis Plombier Saint-Denis

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 23 novembre 2016 14:43, par Georges Foity

merci Serrurier Montreuil pour ce post Serrurier Montreuil Serrurier Montreuil

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 octobre 2016 04:27, par Georges Foity

merci poster du monde pour ce post poster du monde poster du monde

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 octobre 2016 03:29, par Georges Foity

merci Serrurier Noisiel pour ce post Serrurier Noisiel Serrurier Noisiel

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 octobre 2016 02:59, par Georges Foity

merci Serrurier Le Pecq pour ce post Serrurier Le Pecq Serrurier Le Pecq

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 octobre 2016 02:18, par Georges Foity

merci Plombier Vauréal pour ce post Plombier Vauréal Plombier Vauréal

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 octobre 2016 01:43, par Georges Foity

merci Plombier Neuilly-sur-Seine pour ce post Plombier Neuilly-sur-Seine Plombier Neuilly-sur-Seine

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 13 octobre 2016 00:37, par Georges Foity

merci Electricien Brie-Comte-Robert pour ce post Electricien Brie-Comte-Robert Electricien Brie-Comte-Robert

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 12 octobre 2016 23:33, par Georges Foity

merci Electricien Clamart pour ce post Electricien Clamart Electricien Clamart

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 11 octobre 2016 11:02, par Georges Foity

merci Serrurier Clichy pour ce post Serrurier Clichy Serrurier Clichy

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 7 octobre 2016 00:06, par Georges Foity

merci Serrurier Le Pecq pour ce post Serrurier Le Pecq Serrurier Le Pecq

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 6 octobre 2016 22:49, par Georges Foity

merci Plombier Limay pour ce post Plombier Limay Plombier Limay

L’altérité à l’heure de la post-colonialité - 6 octobre 2016 21:24, par Georges Foity

merci poster du monde pour ce post poster du monde poster du monde


Cet article a été lu 13054 fois.