Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…)

Edit 13 juillet 2007 : je comptais effacer cet « article » sans texte (appelé alors À vous de jouer…) une fois qu’un second serait publié dans cette rubrique de doléances. Je n’avais pas pensé que la première proposition serait un commentaire. J’ai donc pris l’initiative de changer le titre de cet article en « Au sujet de la section 38 du CNRS… » vu la teneur du premier commentaire, puis finalement en « Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU… » vu la teneur des suivants.

PNG - 35.2 ko
Posté le 12 juillet 2007 par Vincent Battesti

37 commentaire(s)

- commençant par les plus récents
Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 9 avril 2017 04:33, par Georges Foity

merci Maison de retraite Créteil pour ce post Maison de retraite Créteil Maison de retraite Créteil

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 17 janvier 2017 08:47, par Georges Foity

merci marie liesse voyance pour ce post marie liesse voyance marie liesse voyance

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 16 janvier 2017 23:11, par Georges Foity

merci Electricien Saint-Maur-des-Fossés pour ce post Electricien Saint-Maur-des-Fossés Electricien Saint-Maur-des-Fossés

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 16 janvier 2017 00:46, par Georges Foity

merci Electricien Cergy pour ce post Electricien Cergy Electricien Cergy

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 14 janvier 2017 16:47, par Georges Foity

merci Serrurier Saint-Denis pour ce post Serrurier Saint-Denis Serrurier Saint-Denis

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 23:36, par Georges Foity

merci Serrurier Nanterre pour ce post Serrurier Nanterre Serrurier Nanterre

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 22:43, par Georges Foity

merci Electricien Créteil pour ce post Electricien Créteil Electricien Créteil

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 21:18, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 12 pour ce post Serrurier Paris 12 Serrurier Paris 12

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 15:32, par Georges Foity

merci Serrurier Créteil pour ce post Serrurier Créteil Serrurier Créteil

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 12:46, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 13 pour ce post Serrurier Paris 13 Serrurier Paris 13

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 10:02, par Georges Foity

merci Plombier Paris 20 pour ce post Plombier Paris 20 Plombier Paris 20

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 janvier 2017 09:44, par Georges Foity

merci Serrurier Paris 11 pour ce post Serrurier Paris 11 Serrurier Paris 11

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 janvier 2017 23:52, par Georges Foity

merci Serrurier Saint-Maur-des-Fossés pour ce post Serrurier Saint-Maur-des-Fossés Serrurier Saint-Maur-des-Fossés

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 janvier 2017 19:01, par Georges Foity

merci Serrurier Drancy pour ce post Serrurier Drancy Serrurier Drancy

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 janvier 2017 08:01, par Georges Foity

merci Plombier Paris 13 pour ce post Plombier Paris 13 Plombier Paris 13

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 janvier 2017 06:41, par Georges Foity

merci Plombier Saint-Maur-des-Fossés pour ce post Plombier Saint-Maur-des-Fossés Plombier Saint-Maur-des-Fossés

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 décembre 2016 17:18, par Georges Foity

merci Serrurier Paris pour ce post Serrurier Paris Serrurier Paris

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 décembre 2016 21:55, par Georges Foity

merci broyeur de vegetaux pour ce post broyeur de vegetaux broyeur de vegetaux

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 décembre 2016 17:25, par Georges Foity

merci Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie pour ce post Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 décembre 2016 17:11, par Georges Foity

merci Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie pour ce post Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie Installation de coffre-fort Boissy-l’Aillerie

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 23 novembre 2016 07:16, par Georges Foity

merci Serrurier Nanterre pour ce post Serrurier Nanterre Serrurier Nanterre

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 23 novembre 2016 04:14, par Georges Foity

merci Serrurier Lyon pour ce post Serrurier Lyon Serrurier Lyon

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 octobre 2016 04:21, par Georges Foity

merci poster monde pour ce post poster monde poster monde

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 octobre 2016 04:01, par Georges Foity

merci Serrurier Viroflay pour ce post Serrurier Viroflay Serrurier Viroflay

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 octobre 2016 03:33, par Georges Foity

merci Serrurier Noisiel pour ce post Serrurier Noisiel Serrurier Noisiel

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 13 octobre 2016 03:17, par Georges Foity

merci Serrurier Le Pecq pour ce post Serrurier Le Pecq Serrurier Le Pecq

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 octobre 2016 23:48, par Georges Foity

merci Electricien Osny pour ce post Electricien Osny Electricien Osny

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 12 octobre 2016 23:37, par Georges Foity

merci Electricien Clamart pour ce post Electricien Clamart Electricien Clamart

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 11 octobre 2016 11:28, par Georges Foity

merci carte du monde a gratter pour ce post carte du monde a gratter carte du monde a gratter

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 11 octobre 2016 10:39, par Georges Foity

merci Electricien Brie-Comte-Robert pour ce post Electricien Brie-Comte-Robert Electricien Brie-Comte-Robert

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 11 octobre 2016 10:23, par Georges Foity

merci Electricien Clamart pour ce post Electricien Clamart Electricien Clamart

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 7 octobre 2016 00:43, par Georges Foity

merci Serrurier Viroflay pour ce post Serrurier Viroflay Serrurier Viroflay

Cahiers de doléances : à propos des concours (sections 38 du CNRS, 20 du CNU…) - 6 octobre 2016 21:44, par Georges Foity

merci Electricien Clamart pour ce post Electricien Clamart Electricien Clamart

Au sujet des concours… - 13 juillet 2007 15:30, par Caroline

Je souhaiterai revenir un instant sur le cas anglais évoqué par Véronique, à travers une expérience personnelle.

J’ai récemment été auditionnée pour un poste de Research Fellow, et cela faisait bien longtemps que je n’avais pris autant de joie à me rendre à un entretien. D’autant plus, qu’à mon arrivée, les membres du jury (4 chercheurs plus 1 administratif) se sont tous levés, un par un, pour se présenter et me saluer. Les auditions CNRS et celles qui ont lieu dans les facs m’avaient habituées à de bien moindres considérations et j’avoue avoir été agréablement surprise par cet élan de courtoisie.

Le respect à l’égard duquel les candidats ont été traités, était tout aussi manifeste. Chaque membre du jury avait du s’acquitter d’une tâche bien particulière, à savoir l’évaluation de chaque dossier en fonction de critères objectifs précis. Ces critères rendus publics sur demande, étaient les suivants :
-  1) nombre de bourses obtenues par le candidat et sa capacité à financer sa propre recherche.
-  2) Type et contenu des travaux effectués par le candidat. En gros, il s’agissait de mesurer ici le dynamisme des candidats auditionnés, à travers leurs participations à des colloques, des séminaires, de voir aussi leur capacité à entrer dans de nouveaux réseaux de connaissance, et d’évaluer enfin la qualité de leurs écrits sur la base des articles joints à l’acte de candidature.
-  3) Le candidat et ses activités d’enseignement. Quel cours a-t-il dispensé dans le passé, au sein de quelles structures, et quels sont ceux qu’il propose dans le cadre d’un éventuel recrutement ;
-  4) Le candidat a-t-il déjà supervisé des thèses, coordonné des projets collectifs et réuni des fonds pour faire avancer des équipes.

Ces modes de fonctionnement et d’évaluation serait-il transposable en France ?

Pour ce qui est de l’entrée en audition et toute la phase de présentation qui s’en suit, cela serait une très bonne idée. D’aucuns peuvent penser que cela sera difficilement adaptable au CNRS en raison du très grand nombre de candidats auditionnés. Nous rétorquons alors, pourquoi ne pas rallonger les périodes d’audition. La socio auditionne sur une semaine. Pourquoi pas l’ethno ? D’ailleurs 10 min d’intervention, c’est quelque peu absurde pour défendre un projet professionnel et un emploi à vie.

Pour ce qui est des critères d’évaluation. De manière générale, là aussi les idées sont bonnes. Au moins, lorsqu’on n’est pas pris (comme cela a été mon cas) on sait que les personnes recrutées ont forcement plus d’expérience à leurs actifs. Pas comme au CNRS où des personnes sans articles (ou avec très peu d’articles), des personnes parfois même tout juste sorties de thèses se retrouvent classées.

Pour ce qui est d’évaluer les expériences d’enseignement, la chose est étrange. La fac recrute des personnes qui vont former des étudiants, les initier à l’anthropologie par l’intermédiaire d’une pluralité de cours. Or jamais, il n’est demandé aux candidats d’envoyer leurs projets de cours dans le cadre d’un recrutement. De même en audition, la question n’est pas systématiquement posée. Pourquoi ne pas instaurer ces modalités ?

Enfin, la question de la supervision est celle qui m’a laissée le plus pantois. En GB, un docteur peut diriger des thèses. L’HDR n’existe pas. De sorte qu’un candidat français peut difficilement faire valoir son expérimentation en la matière, et jouer à armes égales avec les autres candidats auditionnés, issus de pays anglo-saxons. Ne pourrait-on pas instituer un système de tutorat pour les docteurs français ? Non seulement cette mesure les rendraient compétitifs à l’échelle internationale, mais elles les transformeraient aussi en une aide particulièrement précieuse pour des Professeurs qui, parce qu’ils parcourent le monde de colloques en colloques, n’ont pas toujours le temps de suivre leurs thésards.

Lien hypertexte: http://carolinelegrand2000.hautetfo...
Au sujet de la section 38 du CNRS… - 13 juillet 2007 14:33, par Véronique Altglas

Je pense qu’il est effectivement temps que le milieu de l’ethnologie et des sciences sociales, de manière générale, en France, fasse ce travail de distanciation nécessaire vis-à-vis de ses pratiques et fonctionnements institutionnels. Bien que française et ayant effectué mes études en France, je considère qu’il ne m’appartient pas de l’entreprendre puisque je suis à l’étranger. Toutefois j’aimerais dire combien l’expérience du milieu de la recherche outre-Manche permet en retour de voir certains traits du système français.

D’abord, pour ce qui est de l’université, les enseignants sont assez réticents à recruter qqn qui vient de finir son doctorat ou son post-doc dans leur établissement : l’enrichissement par la diversité des expériences de chacun, l’apport de sang neuf, sont privilégiés. On aime pas non plus le « préférentialisme » : pour des raisons déontologiques, un professeur se retirerait du panel de sélection des candidats s’il s’avère que l’un d’eux est un de ses anciens étudiants ou l’un de ses proches. L’idée d’utiliser ce genre d’opportunité pour influencer le recrutement est peu envisageable.

En ce qui concerne la recherche, si nous prenons pour exemple le Conseil de Recherches Economiques et Sociales britannique (ESRC) pour le comparer, disons à la section sciences humaines du CNRS ou à la commission 38 (en GB il y a 8 conseils de recherche scientifique selon les disciplines), là aussi les différences sont flagrantes. Il n’y a pas d’emploi à vie mais des possibilités de proposer des projets de recherche, seul ou en équipe, comme jeune post-doc ou chercher expérimenté. Ces projets pour 2, 3 ou 5 ans permettent pour les enseignants d’arrêter pendant un temps leurs cours pour faire de la recherche uniquement, ou à d’autres de s’investir dans des projets à moyen terme, de publier, tout en continuant d’élargir et approfondir leurs compétences et leur expérience. Ces projets quand ils sont déposés sont évalués par des « referees » que le candidat ne connaît pas (ils sont choisis par l’ESRC qui ne tient pas au courant le candidat des noms de decu-ci, et il est spécifié que toute tentative de contact avec ceux-ci éliminerait le candidat d’office), puis par des membres de l’ESRC même, chercheurs travaillant pour et dans l’intérêt du conseil de recherche .

Le but de l’ESRC est d’être compétitif vis-à-vis des recherches menées ailleurs dans le monde, notamment aux EU ; de la même manière, les universités britannique étant assez autonomes et majoritairement financées par des fonds privées, cherchent à être les plus attractives possibles. Chercheurs et enseignants sont donc recrutés en fonction de leur expérience acquise, de leur contribution potentielle à un département ou à la recherche, et non en fonction de système de cooptation ou de « renvois » d’ascenseur ». Ceci conduit à un système plus méritocratique, mais je crois aussi que c’est une question de « culture » académique qui, souvent en France, favorise bien plus une certaine distribution du pouvoir (où les origines sociales des enseignants-chercheurs ne sont pas toujours sans influence) que l’excellence. Aussi, ce ne sont pas seulement les modalités structurelles, organisationnelles, qu’il faut repenser, mais également des modes de pensées et de faire qui ne servent pas l’avancement de la connaissance.

Certains seront tentés de répondre par une critique des travers et difficultés spécifiques que l’on peut rencontrer outre-Manche, ou par des exceptions à ce tableau rapide et général. Mais cela ne suffira pas pour balayer l’existence de vrais problèmes d’éthiques professionnelles que l’on constate dans le milieu des sciences humaines françaises.

Véronique Altglas, research Fellow, Faculty of Social and Political Sciences, University of Cambridge, va242@cam.ac.uk

Lien hypertexte: un regard comparatif ?
Au sujet de la section 38 du CNRS… - 13 juillet 2007 11:52, par Eliane Daphy

La section 38 n’a pas publié ses critères, mais toutes les autres sections du comité national, y compris les « commissions interdisciplinaires » l’ont fait, y compris pour le mandat 2000-2004.

Cette absence de critères a provoqué beaucoup de réactions dans les forums, certaines très agressives (ce qui se comprend, puisque les messages n’obtiennent aucune réponse).

Je propose un petit exercice collectif de comparaisons des critères proposés par les autres sections, afin de rédiger un texte collectif exposant les « critères d’évaluation » qui nous sembleraient pouvoir améliorer le fonctionnement de notre discipline. Il ne s’agit pas d’être naïf sur les conséquences de ce travail collectif, qui n’aura sans doute pas plus d’efficacité que l’important travail réalisé dans le cadre des Etats-Généraux de la recherche (nous y avons gagné une loi rétrograde, l’ANR, et l’AERES…), mais au moins, plutôt que d’exprimer chacun dans notre petit coin notre colère et notre désespoir, nous ferions la preuve collective que nous sommes capables de faire autre chose que de nous lamenter ou de gueuler. Nous pourrions d’ailleurs reprendre en partie les propositions faites par les Etats-Généraux de la recherche, où ces questions d’évaluation et de critères avaient été beaucoup travaillées.

Merci à ceux que la proposition intéresse de se faire connaitre (le pseudo est bien sûr possible, à condition qu’il s’accompagne d’une adresse mail valide où les volontaires pourront être contactés).

Afin de pouvoir travailler collectivement de façon confortable, nous pourrions envisager de travailler avec un système wikki (je sais ouvrir un wikki dans un serveur dédié, mais je ne sais s’il est possible de le faire directement sur le site des Assises). Merci à Vincent de répondre à ce point technique.

Dernier point : travailler directement sur écran à partir des pdf n’est pas la meilleure solution. Il faudrait donc que ceux qui ont la possibilité d’imprimer les documents (et de les envoyer) par leurs laboratoires prennent en charge la circulation des documents/

Chiche ?

Eliane Daphy

Jeunes chercheurs en colère - 12 juillet 2007 22:57, par Jeunes chercheurs en colère

Ce n’est pas seulement le petit nombre de postes de chercheurs ouverts au concours du CNRS qui désespère les jeunes docteurs en anthropologie et met sérieusement en question l’avenir de ces disciplines en France. Les conditions dans lesquelles ces postes sont attribués depuis quelques années sont aussi largement en cause.

Indubitablement, il n’est pas sain que des pratiques qui seraient, dans d’autres milieux professionnels, unanimement condamnées, deviennent la règle en matière de recrutement dans nos disciplines : que quelques labos parisiens, auxquels appartiennent ou sont liés DSA et membres de commission, soient ouvertement favorisés, au détriment des candidats et des labos de province en particulier ; qu’un DSA puisse flécher une allocation de post-doctorat de manière si précise que seule une de ses doctorantes peut y prétendre, sans que cette pratique, bien connue, ne soit remise en question ; que chaque année la règle du mérite scientifique paraisse contournée, lorsque chacun ne peut que peut constater les liens entre tel candidat(e) et tel membre de commission, que tel candidat n’a encore rien publié ou n’a pas réalisé ce qu’on devrait attendre pour un concours CR1, etc… Le discrédit affecte tous les recrutés, tous les membres de jury et finalement l’institution.

Il est certain que nous n’avons rien à y gagner. C’est pourquoi nous demandons au moins, dans un premier temps, que des exigences élémentaires soient respectées, pour garantir plus de transparence et d’équité :

En outre, des critères d’évaluation pourraient être publiés sur la page Internet de la commission 38, où ils sont jusqu’à aujourd’hui « non disponibles ».

Les évaluations des candidatures devraient pouvoir être communiquées aux candidats qui en font la demande.

Enfin, il semble aller de soi que des membres de commission ayant des liens de parenté, appartenant au même labo ou ayant dirigé la thèse d’un(e) candidat s’abstiennent de participer aux rapports et aux discussions les concernant. Cette pratique, courante en France, est proscrite dans le milieu universitaire d’autres pays.

Nous espérons que les Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France seront le lieu d’un débat franc, sans interdit, pour une réelle refondation de nos disciplines. Un proverbe dit que le poisson pourrit par la tête, il est temps de réagir.

Jeunes chercheurs en colère


Cet article a été lu 8817 fois.