Derniers commentaires

Formations et professionnalisation des ethnologues : enquête nationale, par Bruno Lefebvre (2001)

Très bon document et très bonne conclusion : à lire !
Ce regard d’un sociologue sur notre discipline relativise en tout cas l’actualité de la crise que nous traversons, mais surtout l’explique plus structurellement.

Posté le 20 novembre 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum

Quel programme...

Bonjour,

Pour une réponse qui n’est que la mienne : non, effectivement, le choix du programme n’est pas issu d’un vote démocratique, mais d’une décision de membres de la profession qui se sont réunis et se sont proposés d’organiser cet évènement qui n’avait pas eu lieu depuis 30 ans. Je suis arrivé en cours de route (il y a un an).
Concernant les « fonctionnements institutionnels de l’ethnologie/anthropologie » il semble qu’a priori cela sera intégré (donc dans la synthèse à débattre aux Assises) dans le « Débat 1. Changements dans la recherche et l’enseignement ».
Je ne décide pas moi-même du programme, mais ce programme est dit provisoire, c’est-à-dire qu’il est ouvert à la discussion, en particulier sur ce site web : donc proposez concrètement des alternatives. Quant à dire que « les invitations à participer et débattre ne sont qu’un leurre »... bah, je ne sais pas. Prenez-moi pour un naïf, mais j’y ai cru sincèrement (sur le versant web en particulier). Le web 2.0 n’est sans doute pas encore dans les mœurs des ethnos.
Par contre, je rappelle ici que ces Assises sont ouvertes à tous : la discussion aura lieu dans la salle après une présentation synthétique des débats de l’année (séminaires et web). Deux discutants seront présents par débat pour animer tout cela (un étranger à la France et un Français étranger à la discipline). Mais le débat est dans la salle, bien sûr, du 12 au 15 décembre 2007.
L’appel à participation a été largement fait pour contribuer sur ce site et est toujours possible et requis — contrairement à ce que vous avancez !
Enfin, on peut regretter la faible présence des mandarins, comme vous le faîtes, mais délicat alors de leur reprocher leur omniprésence ! Si vous voulez faire l’ethnologie d’aujourd’hui, participez maintenant et faites fi de l’absence de certains...
Enfin, je dis ça comme ça, en passant.

Posté le 21 octobre 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum

Programme provisoire des Assises de l’ethnologie

Je partage tout à fait l’analyse critique de cet événement. Claire

Posté le 21 octobre 2007 par Claire
Lire l'article et son forum

Comment faire pour se compter ? ou « pourquoi nous ne voulons pas nous compter » ?

Merci à Vincent de continuer à essayer de faire vivre le débat. Il existe une excellente description des problèmes posés par la quantification des ethnologues (statutaires différentes institutions et différents statuts, doctorants, précaires) dans le colloque de 1977 (qui dans ces Assises tient lieu d’évènement fondateur). Nos anciens collègues avaient bossé pendant un an sur la question.

Pour ma part, je crains qu’il ne soit un peu tard pour s’y mettre, et produire des résultats. Cela aurait été un gros travail, qui aurait demandé (conditionnel déjà passé) un investissement collectif. Or, ce que nous pouvons constater, y compris très lisiblement avec la liste des inscrits, c’est plutôt la remarquable absence dans ces Assises des collègues en poste dans les différentes instances représentatives de notre discipline, per exemple du DSA CNRS, des membres du comité national section 38 et de la section 20 du CNU, des directeurs de laboratoires (y compris ceux qui participent au financement des Assises).

C’est dommage, mais c’est comme cela.

Si j’étais hors-statut et que j’avais une proposition de contrat avec pour mission « quantification de l’ethnologie », je répondrais « au moins trois mois à plein-temps, un statisticien, deux enquêteurs ». Le compte n’y est pas !

On pourrait plutôt se demander pourquoi personne n’a visiblement envie de quantifier, de clarifier, de produire des critères. De débattre.

Posté le 7 octobre 2007 par Eliane Daphy
Lire l'article et son forum

Nous compter.

Si l’on veut se compter, il faudra d’abord compter sur nous :
Chère Sophie, septembre a sonné, on est en octobre, on a tous plein de trucs à faire, mais quand même : je crois qu’il vaut le coup de se l’ouvrir ce chantier des données « objectives » sur la profession d’ethnologue/anthropologue.
On se met au travail ? (pour l’instant sans aucune idée du « comment »...)

Vincent Battesti

Posté le 5 octobre 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum

Réponse

Bonjour et bienvenue. La participation aux Assises est simple : inscrivez-vous sur cette page et venez participer aux débats les 12-15 déc. aux musées de l’Homme et du Quai Branly à Paris (entrée libre et gratuite).
Vous pouvez aussi participer aux débats préliminaires en écrivant sur ce site (commentaires ou articles). Vincent Battesti, webmestre

Posté le 5 octobre 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum

Inscription aux Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France

Posté le 4 octobre 2007 par Wilma Leitão
Lire l'article et son forum

Remarques sur les logiques disciplinaires

Rudement intéressant, merci. En effet, « Tout cela est fascinant, mais comment ça fonctionne exactement ? »
La distinction choix identitaire/choix opportuniste prioritaire pourrait être féconde, mais il resterait sans doute à analyser ses effets pour les candidatures : la réaction des jurys d’admissibilité/d’admission aux candidatures opportunistes. Ces candidatures sont-elles stratégiquement « jouables » ? Sont-elles acceptées ? administrativement oui, mais scientifiquement par admissibilité ? (Les chiffres d’admissibles sont-ils trop faibles pour se faire une idée ?)

Posté le 13 septembre 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum