Derniers commentaires

S’ethnographier

Bonjour et bienvenue,
Si je comprends bien, l’idée est, comme chercheur en ethnologie, de « s’ethnographier », d’aller au-delà d’une simple réflexivité sur sa propre démarche scientifique. La démarche peut être prometteuse et ce « hors-piste » son cadre adéquat.
N’hésitez pas à vous inscrire comme rédacteur et rédiger un article spécifique dans cette rubrique (j’en suis l’administrateur). Proposez-vous de mener cette étude comparative d’ici les Assises ? d’en publier ici ou ailleurs les résultats ? de seulement — pour l’instant — en soulever l’idée « pour voir » ? (ça serait dommage d’en rester là !)

V.B.

P.-S. : pourquoi ne pas quitter l’anonymat, ce serait plus commode pour l’échange qu’un « on »… (non ?)

Posté le 16 juin 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum

Rapport au format pdf

Bonjour,
Je propose une version .pdf du rapport Rapport de conjoncture de la section 38.
En soulignant que c’est sans en modifier une ligne : n’y cherchez pas ce que vous n’avez pas trouvé dans le format .doc !

Posté le 16 juin 2007 par Vincent Battesti
Lire l'article et son forum

Rapport de conjoncture de la section 38

Candidat malchanceux,

je suis entierement d’accord avec vous. J’ai procede de la sorte parce que je n’ai aucun espoir d’obtenir les references du texte. En termes d’opacite et de respect des canons scientifiques, c’est edififiant. Je fais avec ce que j’ai, et on peut deja avancer en observant ce qui est occulte dans le texte. En d’autres mots, quelle est l’anthropologie qui domine dans cette section ? Je vois d’ailleurs quelque chose d’assez revelateur dans le fait que cette lettre soit publiee par l’Apras. Apras = section 32 ? Si c’est le cas, il s’agit d’une patrimonialisation et d’une corruption structurelle.

D’autre part, il existe une relation entre ce texte et les selections. C’est pourquoi je pense qu’il ne faut pas les separer malgre les frustrations evidentes et legitimes que la pseudo selection peut engendrer.

Je pense que le texte est transparent ideologiquement, et qu’il faut le considerer comme tel, sans attendre les precisions bibliographiques qui n’arriveront jamais. Il vaut saisir la balle au vol plutot que d’attendre qu’elle repasse.

Je serai tres heureux de pouvoir lire vos reactions sur cette anthropologie partielle et partialle. C’est sur ce terrain qu’il faut imposer les termes du debat.

Posté le 16 juin 2007 par asdiwal
Lire l'article et son forum

les manifestations scientifiques : taxinomies, usages, fonctions

les manifestations scientifiques vernaculaires (dans le milieu de l’ethnologie) : comment sont construites les catégories, existent-ils des codifications, celles-ci sont-elles similaires à celles en usage dans les autres disciplines scientifiques. Quel est, par exemple, l’avantage de qualifier une rencontre sans appel à participation, sans sélection par comité scientifique, de « colloque », pour les participants (bénéfice pour la carrière, pour l’évaluation ?), pour les organisateurs (idem). On propose de se baser sur une petite étude comparative, à partir de données objectives et mesurables, portant sur des « manifestations » subventionnées (par le CNRS, par la mission du patrimoine, par d’autres institutions) : modalités d’organisation (appel à communications, sélection par conseil scientifique, publication comme « acte de colloque » ou publication secondaire qui évitent d’évoquer la manifestation initiale). Quelle différence dans la codification ethnologique entre « journées d’études » et « colloque ». Ceci afin de contribuer à une meilleure connaissance de l’ethnologie telle qu’elle se fait.

Posté le 15 juin 2007 par Chercheur
Lire l'article et son forum

Rapport section 38 : références bibliographiques, svp

Asdiwal (joli pseudo), je suis d’accord avec vous pour l’importance de discuter du contenu de ce rapport… Mais pour débattre du texte, ce serait quand même mieux d’en avoir une version complète, avec ses références bibliographiques.

Ce texte a aussi été publié dans la dernière lettre de l’Apras (n°42, été 2007) ; la Lettre est en ligne http://web.mae.u-paris10.fr/apras/.

mais sans les références bibliographiques complètes !

Les messages sur ce forum ont montré que je n’étais pas le seul à demander un document avec les références biblio… sans résultat. Que faire ? A qui demander le document complet ? au DSA ? au président de la section 38 ? au bureau de la 38 ? Qui doit demander ?

Les organisateurs des assises pourraient peut-être transmettre aux auteurs du rapport cette demande collective exprimée sur le site ?

Posté le 15 juin 2007 par candidat malchanceux
Lire l'article et son forum

André Béteille : la sociologie comparative comme regard décentré

Ce texte (introduction à André Béteille, « L’anthropologie chez soi : un point de vue indien »), est à paraître dans Genèses, n° 68, juin 2007 (information donnée dans le fichier joint).

Eliane Daphy http://assisesethno.org/spip.php?auteur1

Posté le 15 juin 2007 par Eliane Daphy
Lire l'article et son forum

Fonctionnement de la 38

Pourquoi ne pas élargir le débat, et observer un peu comment cela se passent dans d’autres sections du comité national (département SHS) ? Les pratiques, en effet, différent beaucoup d’une section à l’autre. Pour ce qui est des « comptes-rendus » des sessions, certains sont mis en ligne (par exemple, par des membres élus syndicalistes, sur les sites syndicaux ou sur des sites personnels), et dans de nombreux laboratoires, ces CR sont transmis par les directeurs aux membres (y compris au x non-statutaires). Dans le cas de la section 38, les comptes-rendus ne sont pas disponibles en ligne - à mettre en relation avec la faible présence de syndicalistes parmi les membres de la section - l’Apras faisant fonction dans le cas de la 38 de pseudo-syndicat, aspect qui serait à questionner (par exemple, ici, dans la « piste » structures associatives). Dans le cas de la section 38, certains directeurs communiquent les compte-rendus aux membres de leur laboratoire, et d’autres ne le font pas, y compris pour des directeurs membres de la section. Il règle donc là-aussi une grande opacité, et la plupart des membres d’un laboratoire rattaché à la section 38 n’ont aucun moyen de savoir ce qui se passe au sein de leur section… sauf par rumeurs, ou copinage.

Ce serait vraiment un progrès que les membres de la 38 (par exemple les élus syndicaux) profitent de l’opération de transparence entreprise à l’occasion des assises de l’ethnologie pour mettre à disponibilité de tous les comptes-rendus.

Posté le 15 juin 2007 par ethnographions l’ethnologie
Lire l'article et son forum

Rapport de conjoncture de la section 38

Le terme de dysfonctionnement est inapproprie, il vaut meiux parler de fonctionnement. Mais attention a ne pas eluder le fond du texte, ses impenses. C’est la aussi qu’il faut poser des questions. Pour une fois qu’on a une vraie transparence ideologique, il faut absolument la questionner

Posté le 15 juin 2007 par asdiwal
Lire l'article et son forum