Derniers commentaires

Rapport de conjoncture de la section 38

Puisque l’occasion est donnée, à travers ce forum, de pointer du doigt certains dysfonctionnements, voici une question.

Comment peut-on se présenter simultanément au concours de CR1 et CR2 dans une même discipline (en l’occurence, l’ethno). Cette question se corse lorsque l’on y integre celle des résultats, et la possibilité pour un tel candidat d’être au final mieux classé en CR1 qu’en CR2.

Autres colles sur : http://carolinelegrand2000.hautetfo...

Posté le 15 juin 2007 par Legrand Caroline
Lire l'article et son forum

Rapport de conjoncture de la section 38

1 - A voir les personnes citees, on se demande si on parle de l’anthropologie ou d’une anthropologie. On remarquera que feindre d’ignorer les autres est une pratique de delegitimation repandue dans la discipline, et chez les intellectuels en general, et qui meriterait de serieux questionnements. Ou est Balandier ? Ou sont les marxistes ? Auge ? Les africanistes ? Abeles ? L’ecole de Manchester ? et bien d’autres... Peut-on serieusement pretendre parler d’anthropologie aujourd’hui en faisant mine que tout cela n’existe pas ? Exit l’anthropologie politique ? Une partie du probleme ne viendrait-il pas de ce paroissialisme (a peine) latent.

2 - A la vue du texte, on se demande si finalement, il ne vaudrait pas mieux prendre acte de certaines caracteristiques de la periode actuelle : nous vivons dans des societes de consommation, d’une facon ou d’une autre capitaliste, societes ou les systemes politiques vivent dans une doctrine largement differente de celle de la souverainte. Or, on ne trouve pas grand chose sur les consequences de ces changements, sur la fin, pour ne dire que cela, du communisme. On a presque rien non plus sur le marche qui meriterait surement une problematisation serieuse. En tout cas un peu plus que 5 phrases Polanyiennes. A partir de la, il y aurait tout un ensemble de developpement a faire.

3 - En voyant la proportion d’objets tradionnels dans ce texte, je me demande si l’un des traits marquant de ces reflexions, ce n’est pas tout simplement un passeisme partielle mais pesant et non assume ?

4 - Il est absurde de raconter que le recrutement sur le « religieux » par la section 38 n’a pas un rapport avec la surepresentation des specialistes du religeux. C’est vraiment faire preuve d’une cecite sur sa propre pratique d’une part, et postuler que tous les jeunes docteurs en anthropologie sont naifs pour ne pas dire completement idiots, d’autre part. Dans ce cas, il ne reste plus que l’autodenegation.

5 - Personne ne se trompe de cible. Il est tres tres important de faire des professions de foi en ce qui concerne le clientelisme politique en Corse ou en Afrique, mais il faut parfois se regarder soi-meme, et a un autre niveau que celui du nombril. Ce monsieur fait partie de la section 38, et en tant que tel, et parce qu’il n’y a pas d’autres possiblites d’intervenir, chaque occasion est bonne a prendre pour demander un peu moins d’opacite. La question est elle-meme etroitement melee aux futurs recrutement qui n’auront peut etre pas lieu.

Decidement il y a encore des efforts a faire avant d’etre republicain

Posté le 14 juin 2007 par asdiwal
Lire l'article et son forum

Section 38 : ne nous trompons pas de cible

Cela fait vraiment plaisir de constater le démarrage des forums des Assises de l’ethnologie. Même si cela part un peu dans tous les sens, pas de quoi s’offusquer ou s’inquiéter, c’est là l’habitude dans les forums internet.
Evitons cependant de nous tromper de cible, chers contributeurs : je pense que c’est une erreur de critiquer dans ce forum Charles Macdonald, qui a pris la salutaire initiative de mettre en ligne ce rapport de la section 38 qui a mis le feu au lac.
Charles Macdonald a une position très critique sur le fonctionnement du comité national, vous pourrez le constater en prenant connaissance de son article « Sauver la recherche, réformer le comité national », publié en ligne sur le site SLR le 29 mars 2004, article 856
http://recherche-en-danger.apinc.or... en ligne

Il existe de nombreux dysfonctionnements dans notre discipline, autant dans la section 38, que dans la section 20 du CNU, que des les laboratoires de recherche, ou dans les revues ou les institutions qui distribuent les crédits.
Les assises sont un moment privilégié pour mettre à plat ces dysfonctionnements, et pour débattre collectivement et sereinement des moyens collectifs de régulation. Ce site est un bon outil pour échanger. Alors, méfions-nous collectivement de ne pas nous laisser aller à des messages trop agressifs, à des attaques personnelles, et essayons ensemble d’apprendre à dialoguer de façon critique et constructive.

A bientôt le plaisir de vous lire sur ce forum, chers contributeurs sous pseudos

ED pour plus d’infos

PS. Les contributeurs qui le souhaitent peuvent également préciser qui ils sont, et fournir un court CV et même une photo, en s’inscrivant comme rédacteur sur le site et en renseignant les informations… Le robot spip (notre logiciel) fournit alors un numéro d’auteur, qu’il suffit de rajouter après sa signature, avec le lien http://assisesethno.org/spip.php?auteur1

Posté le 13 juin 2007 par Eliane Daphy
Lire l'article et son forum

section 38, critères et critiques, débat avorté

Allo, allo, ici les Assises de l’ethno, les ethnologues parlent aux ethnologues, aujourd’hui, quelles réponses sur les critères d’intégration au Cnrs ?

Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Aucun président de la 38 qui explique, aucune secrétaire de section qui s’exprime, aucun DSA qui prend la parole, aucun élu syndical qui sort du silence… Non, rien, rien de rien, silence sur le forum.

Allo, allo, Charles Macdonald, quelles nouvelles ?

Dans leur tour d’ivoire, bien protégés par un bataillon de hors-statuts tout dévoués à la solde des maîtres, montant la garde sous le contrôle sévère de vassaux qui attendent leur heure pour régner à leur tour, les rois du monde se partagent le gâteau. Pour qui, les crédits ? Pour qui, les postes ? Pour qui, les missions ? Pour qui, la place au conseil de rédaction ? C’est mon tour, c’est ton tour…

Ca se passe comme ça, chez les ethnologues. Seuls quelques imbéciles notoires pensent qu’il s’agit encore de produire des connaissances scientifiques et de recherche scientifique. Ce fut le cas, parait-il, jadis, dans un autre temps, celui du mythe fondateur.

Aujourd’hui, de quoi s’agit-il ?

A l’aide, Bourdieu, reviens !

Posté le 13 juin 2007 par Ethnologue au futur antérieur
Lire l'article et son forum

Rapport de conjoncture de la section 38

je trouve le silence au dernier message posté particulièrement éloquent...

Ce qui est décrit est exact, et ça ne choque personne ? Que par exemple un candidat, recruté cette année, a été classé l’an dernier en CR1 sans avoir un ouvrage publié ?

Mais pourquoi les spécialistes en sciences sociales sont ils toujours les derniers à voir (si ce n’est remettre en question) les normes sociales qu’ils valident et reproduisent ? C’est pathétique.

Posté le 13 juin 2007 par Chercheur
Lire l'article et son forum

Les sites qui ont annoncé les Assises (16 décembre 2006 - 16 mars 2007)

Annonce des Assises sur le site de l’AFRASE (Association Française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est)

Posté le 12 juin 2007 par Nicolas Césard
Lire l'article et son forum

La liste des intervenants et un compte-rendu de la séance sont en ligne

Cher Provincial

La liste des intervenants, un compte-rendu, et même des messages de commentaires ont été mis en ligne sur le blog de Caroline Legrand, post-doctorante précaire, membre associée du LAS, créatrice et animatrice du groupe d’échanges yahoo (mail list) « docpostdoc-ethno ». Sur cette liste, les candidats à l’intégration et les apprentis ethnologues échangent des informations sur les postes, les appels à communications, les appels d’offres. Une initiative salutaire.

Donc, on trouve le compte-rendu sur son blog, ici ; pour lire les commentaires, cliquer sur… commentaires.

Bonne lecture.

Et pour finir, vous avez posté sous pseudo, comme ce site en donne la possibilité. Mais c’est un peu dommage ; il me semble que pour que les forums d’échanges sur le site des assises deviennent un lieu vivant d’échanges, il serait préférable de savoir qui sont ceux qui participent.

Eliane Daphy - et comme charité bien ordonnée etc., on trouvera une petite présentation et même une photo en cliquant ici

Posté le 11 juin 2007 par Eliane Daphy
Lire l'article et son forum

les critères de la section 38 : chiche, Monsieur Macdonald, parlons-en

D’après mes observations ethnographiques, 100% recoupement d’informations disponibles librement en ligne sur Internet (Internet, c’est vraiment formidable, n’est-ce-pas ?), pour être classé premier sur le poste de chargé de recherche 2e classe, il fallait :

  • ne rien avoir mis en ligne comme renseignements, ni sur un site perso, ni sur un blog, ni sur le site des deux labos auxquels on est rattaché. Confirmé par le fait que les candidats provenant des mêmes laboratoires qui ont mis en ligne leurs informations n’ont même pas été classés
  • avoir fait sa thèse sous la direction d’un mandarin, dans un laboratoire dont la directrice est secrétaire de la section 38
  • être membre d’un laboratoire dont le directeur est membre de la section 38, et avoir présenté une communication au séminaire de ce laboratoire

Pour être classé intégrable en CR1, il faut :

  • avoir mis un minimum d’informations sur sa page web de son labo, et surtout pas avoir actualisé cette page
  • être membre du laboratoire de la présidente de l’école dont le président de la 38 est membre, dont le DSA - qui était avant secrétaire de la section- est membre, et dans lequel l’année dernière, une candidate avait intégré
  • avoir fait sa thèse avec la présidente en question
  • avoir été ATER dans l’école en question
  • avoir un bouquin tiré de sa thèse qui vient juste d’être publié aux éditions du Cnrs, dans une collection dont le nom du ou des responsables n’est pas indiqué sur le site de l’éditeur

Nous, candidats malheureux, même pas classés, attendons avec impatience que les membres de la section 38 nous indiquent d’autres critères qui auraient pu nous échapper.

L’année dernière, dans les critères, il y avait « porter comme nom marital celui d’un célèbre enseignant que ». Cela suffisait pour faire « sauter » les critères de définition d’un poste fléché.

Relire Bourdieu, peut-être ?

Posté le 7 juin 2007 par ethnographions l’ethnologie aujourd’hui les critères de la 38
Lire l'article et son forum